Pour la deuxième lecture, choisir un texte d’évangile

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (28, 18-20)
Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres :
« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
Allez donc !
De toutes les nations faites des disciples, Baptisez- les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ;
et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés.
Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc( 1, 9-11)
Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain.
Au moment où il sortait de l’eau, Jésus vit le ciel se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe.
Du ciel, une voix se fit entendre :
« C’est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis tout mon amour. »
Tout ce qu’il y a dans l’Ecriture dans la Loi et les prophètes dépend de ces deux commandements. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10 13-16)
On présentait à Jésus des enfants pour les lui faire toucher ;
mais les disciples les écartèrent vivement.
Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit :
« Laissez les enfants venir à moi.
Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
Amen, je vous le dis : 4
celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière des enfants n’y rentrera pas. »
Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 12, 28 b-31)
Un scribe s’avança vers Jésus pour lui demander :
« Quel est le premier de tous les commandements ? »
Jésus lui fit cette réponse :
« Voici le premier :
Ecoute, Israël :
Le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.
Voici le second :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc (10, 21-22)
Jésus, exultant de joie sous l'action de l'Esprit Saint, dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté.
Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (3, 1- 6)
Il y avait un pharisien nommé Nicodème ;
c’était un notable parmi les Juifs.
Il vint trouver Jésus pendant la nuit, il lui dit :
« Rabbi, nous le savons bien, c’est de la part de Dieu que tu es venu nous instruire, car aucun homme ne peut accomplir les signes que tu accomplis si Dieu n’est pas avec lui. »
Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de renaître, ne peut voir le règne de Dieu. »
Nicodème lui répliqua : « Comment est-il possible de naître quand on est déjà vieux ?
Est-ce qu’on peut rentrer dans le sein de sa mère pour naître une seconde fois ? »
Jésus répondit : Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
Ce qui est né de la chair n’est que chair ;
ce qui est né de l’Esprit est Esprit. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (4, 5-14)
Jésus arrivait à une ville de Samarie appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph, et où se trouve le puits de Jacob.
Jésus, fatigué par la route, s ‘était assis là, au bord du puits.
Il était environ midi.
Arrive une femme de Samarie qui venait puiser de l’eau.
Jésus lui dit :
« Donne moi à boire. »
(En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter de quoi manger.)
La Samaritaine lui dit :
« Comment ! Toi qui est Juif, tu me demandes à boire , à moi, une Samaritaine ? »
(En effet les juifs ne veulent rien avoir en commun avec les Samaritains.)
Jésus lui répondit : 5
« Si tu savais le don de Dieu, si tu connaissais celui qui te dit : « Donne-moi à boire », c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »
Elle lui dit :
« Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ;
avec quoi prendrais-tu l’eau vive ?
Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit :
« Tout homme qui boit de cette eau aura encore soif ;
mais celui qui boira de l ‘eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ;
et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (6, 44-47)
Après avoir multiplié les pains, Jésus disait à la foule :
« Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire vers moi, et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
Il est écrit dans les prophètes :
Ils seront tous instruits par Dieu lui-même.
Tout homme qui écoute les enseignements du Père Vient à moi.
Certes, personne n’a jamais vu le Père, sinon celui qui vent de Dieu :
celui-là seul a vu le Père.
Amen, amen, je vous le dis :
celui qui croit en moi a la vie éternelle. »
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (7, 37 b39 a)
Jésus, debout dans le temple de Jérusalem, s’écria :
« Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi !
Comme dit l’Ecriture :
des fleuves d’eau vive jailliront de son coeur. »
En disant cela, il parlait de l’Esprit-Saint, L’Esprit que devaient recevoir
ceux qui croiraient en Jésus.
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (9, 1-7)
En sortant du Temple, Jésus vit sur son passage un homme qui était aveugle de naissance.
Ses disciples l’interrogèrent :
« Rabbi, pourquoi cet homme est-il né aveugle ?
Est-ce lui qui a péché, ou bien ses parents ? »
Jésus répondit :
« Ni lui, ni ses parents.
Mais l’action de Dieu devait se manifesté en lui.
Il nous faut réaliser l’action de celui qui m’a envoyé, pendant qu’il fait encore jour ;
déjà la nuit approche, et personne ne pourra plus agir.
Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »
Cela dit, il cracha sur le sol et, avec la salive, il fit de la boue qu’il appliqua sur les yeux de l’aveugle, et il lui dit :
« Va te laver à la piscine de Siloé »
(ce nom signifie Envoyé).
L’aveugle y alla donc, et il se lava ;
quand il revint, il voyait.