Chapelle Saint-Louis de l'église Saint-Jean-Baptiste

Lieu de culte pour les paroissiens qui y célèbrent l'eucharistie en semaine, la chapelle Saint-Louis accueille aussi régulièrement des musiciens qui la choisissent pour leur concert en raison de son charme, de son atmosphère intime et de son acoustique.

La chapelle Saint-Louis est érigée au moment de la construction de la troisième église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, après l'incendie de juin 1911. C'est l'architecte Émile Vanier qui en est le concepteur.

Le nom Saint-Louis est donné officiellement à la chapelle par Monseigneur Bruchési, au moment de sa bénédiction, le 29 octobre 1917. On veut ainsi faire souvenir de saint Louis de Gonzague (1568-1591). Fils de la haute aristocratie italienne, Louis devient Jésuite et se dévoue entièrement auprès de pestiférés de la ville de Rome de 1590 à 1591. Atteint à son tour par la maladie, il en meurt à l'âge de 23 ans. Le nom de la chapelle est choisi à la fois pour saluer le travail des Jésuites dans la paroisse, mais aussi pour placer sous la protection de saint Louis, les jeunes, dont il est le saint patron.

Les verrières de la chapelle, réalisées en 1917, sont d'Henri Perdriau (1877-1958). Ancien maître-verrier à la cathédrale de Reims, il réalise notamment, au Québec, les vitraux des cathédrales de Joliette et de Chicoutimi. À Montréal, il travaille à la décoration du sanctuaire du Saint-Sacrement, de l'avenue du Mont-Royal et de l’église Saint-Viateur-d’Outremont, auprès de Guido Nincheri, qu’il initie à l’art du vitrail.

En 2007, la chapelle Saint-Louis a été entièrement restaurée.

Fiche technique de la chapelle et plan de la chapelle

Accès à la chapelle : 4230, rue Drolet (au nord de la rue Rachel Est).